Textes et documents

Pendant l’année 2016-2017, l’équipe TERESMA a cherché à identifier des sources remarquables en histoire de l’alimentation conservées dans les archives départementales et municipales de France. La période définie est large, de 1600 à nos jours. À terme, l’objectif est de mettre à disposition des chercheurs TERESMA des sources numérisées sur l’histoire de l’alimentation.
I. L’élaboration d’une base de données
• La prospection a été menée en priorité sur la région Nouvelle-Aquitaine. Les autres départements ont été ciblés en fonction de la richesse de leur patrimoine culinaire et de la proximité d’un grand centre urbain.

• Les recherches ont été ciblées sur les séries souvent mal inventoriées et difficiles d’accès pour les historiens :
– Série J : fonds d’entreprises, menus
– Séries B et U : faillites de commerçants et livres de comptes
– Séries Fi : publicités, cartes postales

II. Les campagnes de numérisation

• L’équipe TERESMA a commencé à numériser des fonds particulièrement intéressants dans les départements du Cher, de Saône-et-Loire, de Côte d’Or, etc.
• En Saône-et-Loire, la prospection a permis de découvrir de très beaux livres de comptes et d’inventaires d’épiciers pour la période moderne et contemporaine en série B et J. Ces fonds ont été intégralement numérisés.

Archives départementales de Saône-et-Loire, 5B551 livre de comptes de l’épicier confiseur Hubert à Dijon, 1748.

Archives départementales de Saône-et-Loire, 60J 8 inventaire de l’épicerie Clerc, 1937-1943.


La Récolte du sart ou varech sur l’Ile de Ré

Porter un regard historique sur une pratique des
« paysans de la mer » à partir de cartes postales

S’il est une image largement partagée par les observateurs, écrivains, voyageurs(1) de passage sur l’Ile de Ré dès la seconde moitié du XIXème siècle, c’est bien celle d’une terre étroite(2), aux côtes usées par la mer où    la monotonie du paysage tranche avec le foisonnement de l’activité agricole  et de ses habitants, l’agitation laborieuse régulièrement remarquée dans un pays de micro-propriétés. Parmi les « curiosités locales » relevées parfois avec amusement(3), la récolte du varech, appelé plus couramment sart sur l’île,fait souvent l’objet d’une description détaillée voire étonnée. Ainsi, Ardouin Dumazet, dresse-t-il un portrait quasi olfactif du paysage rétais où le sart est omniprésent : « Sur tous les points de l’île on aperçoit des amas de « sart » ou de «goémon », en pleine putréfaction dont le parfum si généreux n’est pas forcément agréable, mais c’est à ces algues quel’île doit de pouvoir résister à une culture intensive sans épuiser son sol »(4). Il estime rapidement à 50000 tonnes par an la récolte du varech sur Ré au début du XXème siècle.

et de ses habitants, l’agitation laborieuse régulièrement remarquée dans un pays de micro-propriétés. Parmi les « curiosités locales » relevées parfois avec amusement(3), la récolte du varech, appelé plus couramment sart sur l’île,fait souvent l’objet d’une description détaillée voire étonnée. Ainsi, Ardouin Dumazet, dresse-t-il un portrait quasi olfactif du paysage rétais    où le sart est omniprésent : « Sur tous les points de l’île on aperçoit des amas de « sart » ou de «goémon », en pleine putréfaction dont le parfum     si généreux n’est pas forcément agréable, mais c’est à ces algues quel’île doit de pouvoir résister à une culture intensive sans épuiser son sol »(4).      Il estime rapidement à 50000 tonnes par an la récolte du varech sur Ré au début du XXème siècle.

Les rétais sont certes des insulaires mais la plupart sont cultivateurs, polyculteurs(5) et la majorité d’entre-eux se considèrent bien plus comme des paysans, des gens de la terre(6). Pourtant, la mer et ses richesses sont omniprésentes dans les activités rétaises: parcs à huitres, écluses à poissons, pêche côtière, coquillages. Au cœur des ces activités, la récolte du sart d’échouage ou de coupe est loin d’être anecdotique et constitue une pratique caractéristique de la vie agricole rétaise, notamment au tournant du XIXème et XXème siècle. Le varech ainsi récolté vient enrichir des sols parfois ingrats comme celui des vignes(7) de sable plantées dans les dunes et il semble que cet apport soit la seule véritable fumure présente sur l’île. Sa récupération sur certaines côtes de l’île, son transport jusqu’à des lieux de stockage ou jusqu’aux parcelles à enrichir, obligent et contraignent le cultivateur rétais plus que tout autre sur les côtes bretonnes ou normandes(8). D’abord encadrée par une ordonnance royale sur le droit de bris en1681(9)qui distingue bien « goémon échoué et goémon vif » et reconnait aux habitants des côtes l’usufruit du sart d’échouage lorsqu’il apparaît et du sart de coupe à certaines périodes de l’année(10), le règlement de la récolte est ensuite déféré aux paroisses puis communes qui doivent de plus en plus intervenir notamment sur l’Ile de Ré. Il semble que l’île connaisse un « pic » de récolte et d’utilisation du milieu du XIXème siècle à la première moitié du XXème siècle(11). À cette période, c’est une pratique extrêmement répandue, régulière et familiale pour une part importante des cultivateurs rétais. Comme pour d’autres, il est alors d’usage de photographier cette activité caractéristique des « paysans de la mer »(12) pour en immortaliser les traits les plus folkloriques sous forme decartes postales notamment.

C’est justement en utilisant 2 clichés du fond des archives départementales de Charente-Maritime(13) que nous proposons, pour le billet, de porter un regard historique sur la récolte du sart en Ré et de tenter d’en analyser la pratique. Si les cartes postales disponibles à l’inventaire numérisé révèlent l’existence d’une activité de récolte sur les plages de l’île, elles apportent aussi des informations essentielles pour amorcer une connaissance scientifique de cette pêche bien particulière. Elles restent cependant parfois plus proches de la mise en scène folklorique et ne témoignent que partiellement de la réalité d’une pratique complexe, essentielle au maintient de l’agriculture rétaise à la fin du XIXème siècle et bien après(14). Aussi, deux documents annexes nous aideront notamment à envisager l’emprise territoriale de la récolte du sart sur Ré.

Les cartes postales comme témoignage d’une pratique agricole


«On dit ici « aller au sart » , comme on dit «aller au champ ». La mer est un champ qu’on cultive(15),à chaque marée on va voir ce qu’on peut y récolter . »(16)

  Eugène Fromentin.


Première carte proposée à l’étude :

Fond Bergevin, 24 Fi Ré, « La récolte du varech », Archives Départementales de Charente-Maritime.

Ici, scène de ramassage de sart d’échouage ou d’épave (origine du mot varech). Plusieurs informations dignes d’intérêt sur ce premier document :

Le regard se porte tout d’abord sur les acteurs de la récolte. Ici, 2 femmes et un homme sont à l’ouvrage. Ce cliché reflète bien la réalité d’une pratique mixte voire particulièrement féminine. En guise de légende, les propos du cultivateur Jean Butaud, qui nous a laissé un précieux carnet sur ses activités agricoles pour l’année1867, pourraient convenir parfaitement(17):« Moi, ma femme la Changeur au Boutillon. Une bonne charretée ». Sur d’autres témoignages, notamment ceux du COREPOR(18), il n’est pas rare de rencontrer des enfants lors du ramassage. Ils sont par exemple affectés à la surveillance de la récolte.(19)

Ces trois personnes sont sur une plage et ramassent le varech d’échouage.Une activité qui se fait essentiellement d’octobre au début du printemps, lors de vents de Sud-ouest(20). Souvent la nuit contrairement à ce que l’on constate ici. Il n’y a pas d’indication particulière sur le lieu du ramassage mais un observateur averti pourrait, par l’observation de la côte en dernier plan et de sa digue, supposer que nous sommes sur la commune de La Couarde ou sur la route du Martray, vers le Bouteillon. Les communes les plus pourvues en sart étant celles du nord de l’île : La Couarde, Ars, St Clément. Pour autant, notre trio peut vraisemblablement venir d’autres communes de l’île comme celle de Sainte Marie ou de la Flotte. En effet; il existe une dichotomie entre les communes les plus cultivées et les communes les plus pourvue en varech créant ainsi de réelles tensions sur lesquelles nous reviendrons.(21)

On parle d’une tenue en trousseronde(23). Au sujet de la coiffe, on peut distinguer la quichenotte(24)de travail sur la « ramasseuse » tout à fait typique de l’espace étudié, et une sorte de bonnet adapté au travail pour la deuxième.(25)

Enfin, l’outillage peut être apprécié,notamment sur la « ramasseuse ». Elle dispose en effet d’une fourche à deux dents recourbées qu’on nomme truand et qui est l’outil essentiel à la récolte du varech. Ici, son manche est long et permet de hisser les algues sur la charrette. Il en va sûrement de même pour l’homme. Sur la charrette elle-même, nous avons sans doute un truand au manche court qui peut servir à organiser et à répartir le goémon. Cet outil aide souvent à la récolte du sart de coupe cette fois récupéré dans des paniers,les gourbeuilles. Car en effet, il existe plusieurs types d’algues utilisées et récoltées. Ici, des espèces de fucus,plus particulièrement des laminaires et du goémon noir.(26)La présence de la charrette ne nous apporte pas d’information sur la destination de la récolte ni sur son utilisation(27). On peut simplement rappeler ici que cette dernière est introduite sur l’île à partir de 1865 et permet d’amplifier considérablement à la fois les récoltes(28)faites auparavant à dos d’âne mais aussi les distances entre les lieux de ramassage et les champs à engraisser.

Deuxième carte proposée à l’étude :

Fond Bergevin, 24 FI Ré 47, « Transport du varech qui sera utilisé comme engrais », 1891, Archives Départementales de Charente-Maritime.

Ici,une carte largement reproduite, sur le transport du sart d’échouage à dos d’ânes. En 1891, malgré l’introduction de la charrette sur l’île, l’âne est encore largement utilisé.

Là encore, notre carte apporte bien des informations sur la technique de la récolte. Elle prouve d’abord par la date même du cliché qu’il y a bien eu coexistence entre divers modes de transport au tournant du siècle. Si, comme nous l’avons déjà évoqué, la charrette se développe dans l’île à partir des années 1860, cela n’empêche pas le maintient de l’âne pourvu de bâts, pour des raisons financières mais peut-être aussi pour des raisons « d’accommodement » des paysans eux-mêmes. Il convient de rappeler que les routes rétaises sont longtemps de simples chemins plus facilement praticables à pied. « L’Ile de Ré(29)était traversée par une route irrégulière, sinueuse,raboteuse, qui n’était pas carrossable, et sur laquelle bêtes et gens titubaient à se rompre les os, dans les ornières profondes, ou sur les savanes qui en émaillaient la longueur ».(30)Au coeur même des micro-parcelles(31),la fumure du sol est souvent faite à la main car il est très difficile de s’y frayer un chemin. C’est une constante dans les remarques des voyageurs et observateurs du paysage agricole rétais comme Ernest Dumont qui traduit très bien la situation en évoquant l’enchevêtrement des parcelles qui ne seraient séparées que «par un mince sillon tracé dans le sable et imperceptible pas l’étranger ».(32)

Pour en revenir au transport à dos d’âne, la tache devait être bien pénible et laborieuse. Le Docteur Kemmerer, un notable local déjà évoqué plus haut et grand témoin de l’histoire de l’Ile de Ré aborde lui le transport à dos de cheval plutôt qu’à dos d’âne: « Les agriculteurs avaient d’énormes difficultés pour transporter les varechs, du rivage au milieu des terres. Ce transport s’effectuait à dos de cheval…. Des chevaux de la race chevaline des Don Quichotte. »(33)Sur Ré, le petit cheval aussi appelé criquet disparait au profit de l’âne rétais, le bourou visible sur la photographie étudiée. Cet âne est très utilisé au moins jusque dans l’Entre-deux-guerres et reste attaché au folklore rétais encore aujourd’hui.

Un couple ou un duo d’agriculteurs(34), rappelant encore la mixité de la tache, se déplace sur un chemin peu régulier et qui rappelle ceux décrits par Eugène Kemmerer. Il est difficile de déterminer le lieu de prise du cliché et ce dernier n’est pas rappelé aux archives. Cependant, d’autres informations permettent de construire une connaissance historique sur la pratique. En effet,encore une fois, des types spécifiques de varechs sont bien visibles, fucus vésiculeux, laminaire et goémon noir. Ce sart est attelé d’une manière encore très caractéristique des pratiques locales. On remarque, sur l’âne proche de la femme, que ce dernier est pourvu de bâts. L’âne de l’homme utilise la même technique mais la charge est visiblement plus conséquente. Un truand a sans doute été utilisé pour « compiler » le sart sur le dos de l’animal. Le type même de varech utilisé ici correspond plus à une pêche de saison hivernale. D’autres types d’algues comme le sart blanc, le sart vert ou la corallina sont ramassées plus sporadiquement sur l’année et pour d’autres usages agricoles notamment.

Si le titre de la carte précise bien que se varech sera utilisé comme engrais, nous n’en savons pas plus sur la destination précise de la récolte . Nous ne savons pas non plus si les cultivateurs reviennent directement de la récolte ou d’un champ d’entrepôt du varech(35). Pourtant, on peut estimer que ces algues seront utilisées directement dans un champ assez proche étant donné la monture. Il était parfois d’usage de mélanger les algues à du fumier et de le laisser sécher en bout de champs avant l’épandage(36). C’est ce que remarque Ardouin Dumazet dans la citation utilisée en début de démonstration. Peut être les cultivateurs transporteront-ils ensuite le varech grâce à des boyard pour pouvoir circuler dans la parcelle à amender. Le boyard, une sorte de planche ou de brancard portée par deux personnes permettant de pénétrer dans les cultures étroites ou de sables, terminait souvent le voyage ou la batelée(37). On mesure alors le travail nécessaire pour engraisser certains terrains. Plusieurs tours étaient nécessaires entre plage et champs(38).

Il existe de nombreuses photographies illustrant le travail des paysans sur l’île de Ré. Nous aurions pu utiliser d’autres clichés comme celui ci-dessous pris à Saint-Clément, encore une fois à marée basse, issu de fonds rochelais privés, est largement communiqué dans des revues patrimoniales.

Cependant, la mise en scène évidente qu’offre cette photographie et la combinaison de certains éléments contradictoires sur une même récolte nuisent à la réflexion historique(39). A noter tout de même que les quichenottes sont bien visibles et que la mixité du travail est encore rappelée.

Si les cartes postales témoignent véritablement d’une pratique paysanne courante sur l’île de Ré au cœur du XIXème siècle et bien encore dans le premier XXème siècle, elles ne permettent cependant pas d’entendre la complexité du phénomène et de son organisation. Illustrations d’un « folklore rétais », elles dissimulent l’ampleur de la pratique et ses enjeux.

Il est donc possible d’amorcer un regard historique sur la récolte du varech à partir de cartes postales mais d’autres documents d’archives doivent venir compléter l’analyse pour comprendre l’ensemble du processus, les tensions qu’il suscite et surtout son emprise sur le territoire rétais.

Références cités

(1) On peut citer par exemple pour ceux que nous retrouverons au cours du billet,Eugène Fromentin, Victor Ardouin Dumazet, le docteur Kemmener ,Arsène Dumont , Louis Papy , Nicole Vray ou même le guide Joanne!

(2) Ainsi, l’Ile de Ré est-elle longue de 30 kilomètres, largeur maximum entre la côte sud-Ouest et la côte Nord-Est, 5 kilomètres. Le nord de l’ile constitué notamment de marais salants à partir du Martray faisant presque disparaitre l’île sous les eaux, amplifie l’étonnement des voyageurs. Une route étroite relie ici la Couarde aux communes de Ars, St Clément et Les Portes.

 (3) amusement ou étonnement lié aux acteurs de la récolte et à leur tenue même,nous pensons ici aux femmes dont nous reparlerons plus loin dans notre analyse et souvent longuement décrites par Fromentin notamment.

(4) V.E.Ardouin-Dumazet, Voyage en France, tome 3, les Iles de l’Atlantique, I d’Arcachon à Belle-Ile, Paris, 1895

(5) « L’Ile de Ré, île étrange où les habitants sont alternativement sauniers, laboureurs, vignerons ou marins » Voici comment Nicole Vray débute son ouvrage sur l’histoire des rétaises. N.Vray, Femmes de l’Ile de Ré, Rennes, Ouest-France, 1996.

(6) Ici, il s’agit de faire référence à l’expression tout à fait appropriée de Jacques Boucard qui considère les rétais comme des «paysans de la mer », décrivant ainsi le rapport de fascination existant entre les rétais et l’océan. Il a notamment orienté son travail de thèse sur les écluses à poissons de l’île.

(7) Dans beaucoup de publications, le « goût de varech » du vin rétais est souvent évoqué comme une entrave à se bonne commercialisation. Ici, nous citerons l’analyse de Louis Papy dans son étude de géographie humaine pour les annales de géographie en 1929 car elle nous permet en même temps de prouver l’emploie généralisé de cette fumure au XXème siècle. Ainsi, Louis Papy rappelle-t-il « Or ces vins sont peu appréciés sur le marché du continent; l’emploi du varech comme engrais leur communique un goût jugé généralement désagréable » L.Papy, L’Ile de Ré, Etude de Géographie Humaine, dans Annales de Géographie, T.38, N°213, 1929, page251.

(8) Ici, il est fait référence à l’activité quasi industrielle qui se met en place en Bretagne et notamment dans le nord Finistère ou sur la côte normande à la même époque et même plus tôt: récolte par les cultivateurs, usines de production de verre, d’iode, agar-agar …Les sources sont très nombreuses pour faire l’histoire de la récolte du goémon dans ces régions…

(9) Ordonnance attribuée à Colbert après une enquête minutieuse notamment sur les côtes normandes et bretonnes.

(10) Le sart de coupe est encadré et interdit notamment lors de la période du fraie du poisson car les algues constituent un refuge pour ces derniers.Nous avons, dans les archives de la commune d’Ars, un exemple d’interventions multiples de la mairie au cœur du XIXème siècle.René Brunet, ancien instituteur du village, a largement repris ces communications dans son livre, Ars notre beau village, tome I et II, 1994, La Rochelle. Le sart d’échouage lui n’est pas réglementé et entraine de vives contestations lorsque des habitants de communes éloignées viennent récolter un varech considéré comme propriété privée par les paysans résidant sur dans la commune concernée par l’échouage.

(11) Ici, la plupart des études sur le sujet s’accordent à dire que l’arrivée de la charrette sur l’île permet d’augmenter considérablement les récoltes qui se faisaient plus communément à dos d’âne pourvu de bâts.

 (12) expression de Jacques Boucard.

(13) archives départementales de Charente Maritime, La Rochelle fond 24 F I Ré. 2clichés sont choisis, il en existe davantage mais qui n’apportent pas beaucoup plus d’informations et qui sont par contre l’objet de mise en scène très poussée. Nous en donnerons un exemple par la suite.

(14) En effet, la principale fumure sur l’Ile reste longtemps le varech. Ainsi, un fond J des archives départementales correspondant à une notice agricole sur l’Ile du professeur d’agriculture, fond 2 J 53,rappelle, en 1897, que « les engrais industriel étaient presque ignorés ». C’est aussi une remarque courante lors des enquêtes liées au phylloxéra, fond 12 M 6 des archives départementales de La Rochelle. Les archives sonores du corepor et les témoignages privés attestent de cette activité bien après la Seconde Guerre Mondiale.

(15) en italique dans le texte d’Eugène Fromentin.

(16) Eugène Fromentin, Note sur l’Ile de Ré, 1862, page 92.

(17) Jean Butaud, un cultivateur du Bois Plage a compilé dans des carnets toutes sa vie de travailleur de la terre, ses activités au cœur du village, sa famille. Le carnet de 1868 nous est parvenu et est conservé aux Archives du Bois. Mine d’informations sur la vie et les pratiques des paysans rétais au XIXème, il a notamment été étudié par Pierre Tardy et fait l’objet d’un des Cahiers de le Mémoire dont nous nous servons ici. P. Tardy, Journal de Jean Butaud, Cultivateur Rétais en 1868,les Cahiers de la Mémoire N°62, printemps 1996.

(18) les Archives sonores du Corepor (collectif pour le recueil du patrimoine oral rétais) sont constituées par un ensemble conséquent de témoignages de rétais sur leur vie, leur travail,leurs souvenirs de l’île. Plusieurs témoignages sur « la nouria des charrettes qui se ruent sur les plages », le foisonnement « des fourches et des râteaux, des hommes et des femmes », le travail « collectif ».

(19) Ici, on peut évoquer le cahier de doléances de la commune du Bois-Plage, repris lui-même dans les cahiers de la Mémoire déjà évoqué. Ainsi en page 4 on peut lire une référence à l’aspect familial de cette pratique ancienne et usante « ils sont obligés d’un travail dur, pénible, continuel, et vont avec leurs femmes et leurs enfants la rigueur des plus mauvais temps d’hiver se mettre la nuit jusqu’au cou pour récolter le sart et le goémon qui est la seule ressource pour engraisser leur domaine »

 (20) Là aussi Jean Butaud transcrit par Pierre Tardy peut nous être utile « Le dimanche 19 janvier, par vent de sud-ouest,5 voyages aux Prises de mer venante en masse ». Notons que Les Prises se trouvent aussi sur la route de La Couarde.

 (21)Avant de revenir sur ce sujet plus loin dans la démonstration, le docteur Kemmerer peut appuyer notre propos. «Les habitants de la Couarde, d’Ars, des Portes, étaient les possesseurs, sans conteste, des engrais herbeux de la mer…parce que les prairies des herbes charnues de l’océan se trouvent surtout dans les mers orageuses de la côte Ouest et Sud-ouest de la Baleine».E. Kemmerer, Histoire de l’Ile de Ré depuis les premiers temps historiques jusqu’à nos jours, Tome 1, La Rochelle, 1868, page 75.

 (22)Souvent une surprise pour les observateurs mais largement répandu et sans doute bien plus adaptée les sabots pour se rendre sur le sable humide.

(23)Là encore, Eugène Fromentin vient en complément de l’image, page92 toujours, il est le témoin de la récolte par les femmes et s’étonne que ses dernières « relèvent leur jupe par derrière, en un paquet rond noué sur les reins ». Il remarque aussi le fameux « tablier croisé par devant ». Il observe aussi la récolte « dans l’eau » ce qui est courant.

(24) Coiffe largement partagée sur les côtes charentaises et de la Vendée. A en croire quelque légende, son nom traduirait l’expression anglaise « kiss not » mais cela reste une interprétation peu rigoureuse. Cette coiffe perdure longtemps sur Ré et permet surtout aux travailleuses de protéger peau et visage du soleil dans les champs, les marais et sur le rivage.

(25) hypothèse du bonnet de deuil ou de la coiffe nommée « la câline » qui protège du vent et du soleil.

(26) Chaque algue a “son moment » et son utilisation au fil de l’année et des taches agricoles, nous y reviendront.

(27) Le sart peut en effet être utilisé directement frais sur le champ,notamment pour engraisser les sols pauvres. Il peut servir pour fixer les sables et protéger les vignes du cinglage. Selon les époques et le type de varech récolté, procédés et utilisation divergent ,du sartage sur l’ensemble de la propriété , au raisage bien plus localisé dans raises, des sillons au cœur des champs. Enfin,le varech peut aussi être mélangé et mis à sécher, nous enreparlerons.

(28) On sait qu’une charrette correspond à 8 à 10 batelées ce qui est considérable.

(29) Ici, le Docteur Kemmerer nous est d’une grande aide. Dans son Histoire de l’Ile de Ré, il dresse un tableau pittoresque de l’état des routes en Ré dans la première partie du XIXème siècle. Ainsi , page 75,remarque-t-il, après avoir rappelé les difficultés de déplacement,le changement opéré dans l’île par la construction de la route départementale 15 qui la traverse enfin et décloisonne certaines communes.

(30)E.Kemmerer, Histoire de l’Ile de Ré, depuis les premiers temps historiques jusqu’à nos jours, Tome I, 1868, La Rochelle (31En 1899, Le Guide Joanne des Bains de mer de l’État, route 12 de Paris à l’Ile de Ré, n’évoque-t-il pas aussi « la terre morcelée à l’extrême, les raies infinitésimales »?

(32)A. DUMONT , Essais sur la natalité aux îles de Ré et Oléron, In:Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, V° Série.Tome 1, 1890. pp. 75-131

(33)E.Kemmerer, Histoire de l’Ile de Ré, depuis les premiers temps historiques jusqu’à nos jours, Tome I, 1868, La Rochelle

(34)Les tenues correspondent à celles déjà découvertes sur le premier document. A noter ici les sabots bien visibles de l’homme notamment. Nous sommes en 1891, ces derniers sont toujours extrêmement courants.

(35)Nous proposons d’aborder en annexe les gares à sart ou sartières.Elle constituent à la fois une innovation liée à l’amélioration des moyens de communication et une source de tensions entre communes.

(36)On parle alors de casse à fumier, nous souhaitons y revenir à l’aide d’un cliché dans un second temps. Les « odeurs de varech» et le « goût de varech » du vin viendrait peut-être de cette forme d’utilisation. C’est ce qu’en pense notamment Michel Peletier, ancien directeur de la cave coopérative viti-vinicole du Bois, dans les archives du corepor.

(37)On observe plus facilement ces boyards sur les clichés de l’île d’Oléron très nombreux et sur ceux concernant les côtes bretonnes.

(38)Toujours dans les Cahiers de la Mémoire, les auteurs essayent d’évaluer les quantités nécessaires à la fumure d’une parcelle. Sans doute à l’aide des estimations de certains de nos observateurs déjà cités « la fumure normale d’une terre était de deux sommes à l’are (là une batelée ou un tour) soit environ 180 à 200 kilos » page 16. On peut y accorder du crédit car plusieurs de nos observateurs font la même estimation.

(39)Comme nous tentons de l’illustrer dans la démonstration orale, ici les tenues des hommes et leurs postures semblent peu naturelles et ne correspondent pas à la réalité de la récolte.Les charrettes nombreuses sont vides, le varech ressemble d’ailleurs plus à celui ramasser l’été, par les femmes avec le petit truand et le gourbeuille. En arrière plan, un de ces paniers semble justement être versé dans la charrette ce qui n’est pas vraiment le process reconnu.


Produits des terroirs, espaces et marchés, hier et aujourd'hui