Rencontres scientifiques


ACTUALITÉ TERESMA


17-19 octobre 2018
Colloque International – Maison des Suds, Université Bordeaux Montaigne

MONDE DU VIN, ECHELLES ET RÉSEAUX : INTERMÉDIATION DANS LA PRODUCTION, LA DISTRIBUTION ET LA CONSOMMATION DU VIN

Organisatrices : Stéphanie Lachaud, Corinne Marache, Julie Mc Intyre

Du 17 au 19 octobre se tiendra à l’Université Bordeaux Montaigne (Maison des Suds), un colloque international co-organisé par l’Université Bordeaux Montaigne et l’Université de Newcastle en Australie sur le thème « Monde du vin, échelles et réseaux : Intermédiation dans la production, la distribution et la consommation du vin ».

L’objectif de cette rencontre réside dans une approche diachronique destinée à montrer les emboitements d’échelles qui sont à l’œuvre dans le « monde du vin », comme les réseaux multiformes qui s’entrecroisent et interfèrent dans ce milieu, de la production à la consommation du produit. Seront évoqués les acteurs de ces réseaux qui, au fil des époques, ont été forcés de s’adapter à des logiques, des perspectives ou des contraintes locales, nationales et internationales, qu’elles soient légales, normatives, économiques, commerciales, sociales ou culturelles. Les principales thématiques abordées porteront sur la régulation et l’encadrement de la production du vin, le rôle des distributeurs et des différents acteurs du commerce dans la circulation des produits vinicoles, la transmission et les transferts des connaissances et savoir-faire en matière de production et de commercialisation du vin, en prenant en compte les attentes des consommateurs en fonction du type, de la qualité et des aires de diffusion du vin.

Ce colloque est soutenu et co-financé par les programmes recherche de la Région Nouvelle Aquitaine TERESMA (Produits des terroirs espaces et marchés ; responsables : Corinne Marache et Philippe Meyzie ; https://teresma.hypotheses.org/) et Liquoreux d’Aquitaine (responsable : Stéphanie Lachaud), qui sont hébergés par le CEMMC (Centre d’Etudes des Mondes Moderne et Contemporain). Ces deux programmes de recherche sont le reflet d’une recherche dynamique réunissant des chercheurs bordelais (CEMMC, Passages) et de nombreux collègues d’autres universités françaises et étrangères autour des questions de la production, la consommation, la commercialisation et la patrimonialisation des produits régionaux.

Mercredi 17 octobre/Wednesday 17 October

13h00-13h30 : Accueil des participants/registration

13h30-14h00 : Ouverture du colloque

                          CEMMC, Equipe présidentielle

14h00-14h30 : Présentation du colloque (S. Lachaud, C. Marache, J. Mc Intyre)

14h30-15h30 : Keynote & questions : Rod Phillips – History, Carleton University, Canada

Negotiating God, the weather, and merchants: the priest of Volnay (Burgundy) and the wine business in the eighteenth century/ Traiter avec Dieu, la météo et les négociants : le curé de Volnay et le marché du vin au XVIIIe siècle.

15h30-16h00: Break

16h00-17h30 – Session 1 – Le rÔle des intermÉdiaires dans la production et le commerce du vin / The role of intermediaries in the production and marketing of wine

Chair : Kathleen Brosnan

Anne Wegener Sleeswijk – History – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France

Les courtiers en vin aux Provinces-Unies : Circulation de l’information et évaluation des produits (fin XVIIe et XVIIIe siècles)/ Wine brokers in the Dutch Republic : Circulation of information and assessment of the products (late seventeenth-eighteenth centuries)       

Luciano Maffi (University of Genoa, Italy), Paolo Tedeschi (University of Milan-Bicocca, Italy) & Manuel Vaquero Piñeiro (University of Perugia, Italy) – History

Un vin adapté au marché international : le rôle des institutions publiques pour l’amélioration de la viticulture et de la production vinicole italienne (1870s-1910s) / A Better Wine for an International Market: public institutions for the improvement of the Italian viticulture and winemaking (1870s-1910s)

Sylvaine Boulanger – Geography – Sorbonne-Université, France

Les coopératives viticoles alsaciennes : des lieux et des structures de plus en plus innovantes en faveur d’une montée en gamme des vins et de la promotion de vins de terroir/ Alsatian wine cooperatives: Innovative places and structures to move upmarket and promote terroir wines (in a vineyard renowned for its varietal wines)

Raphaël Schirmer – Geography – Université Bordeaux Montaigne, France

Bordeaux, une capitale du vin dans un monde polycentrique/ Bordeaux, a wine capital in a multi-centred world

Agnes Marsault and Jeffrey Soar – Business & Technology – University of Southern Queensland, Australia

Technology-enabled agile methods for intermediation reduction in production and distribution in the wine industry/ L’impact des méthodes de travail Agile compatibles avec les nouvelles technologies sur la diminution des intermédiations au sein de la production et de la distribution dans l’industrie vinicole           

Jeudi 18 octobre/Thursday 18 October

09h00-10h30 – Session 2 – Produire et vendre le vin Á toutes les Échelles / Produce and sell wine at all scales

Chair : Rod Phillips

Benoit Musset – History – Le Mans Université, France

Marchands de vin et producteurs en France au XVIIIe siècle: entre défiance et confiance/ Wine merchants and producers in eighteenth century France : trust and distrust                     

Julie McIntyre & John Germov – History & Sociology – University of Newcastle, Australia

Vines, wine & identity: A multi-modal framework for expressing and analysing the multi-scaled circuitry of human connections and actions in the Hunter winegrowing community, 1828-1983/ Vignes, vins et identité : un cadre multimodal pour décrire et analyser les connections et actions multi-scalaires dans la communauté viticole de la Hunter Valley en Australie, 1828-1983

Clelia Viecelli – Anthropology – University of Southampton, UK

Aesthetics, joy and responsibility: crafting « natural » wines in Northern and Southern Italy/ Esthétique, plaisir et responsabilité : l’élaboration de vins « naturels » en Italie du Nord et du Sud  

Vincent Fournier – Anthropology – Université du Québec, Canada

The impacts of commercialisation and DOC laws on wine production and meanings in Calabria, Italy/ Les effets de la réglementation du commerce et des DOC sur la production et la conception du vin en Calabre, Italie

10h30-11h00 : Break/Morning tea

11h00-12h30 – Session 3 – RÉseaux et circuits commerciaux / Networks and channels

Chair : Graham Harding

Valentin Taveau – History – Université d’Angers, France

Le réseau de commerce anglais des vins mousseux saumurois Ackerman-Laurance dans la seconde moitié du XIXe siècle : l’analyse de réseaux comme méthodologie appliquée à l’usage croisé des sources épistolaires et comptables pour faire l’histoire de la société Ackerman-Laurance/ The English trade network of Ackerman-Laurance Saumur sparkling wines in the second half of the nineteenth century: The network analysis as a methodology adapted to the use of correspondence and accounting materials for the study of the Ackerman Laurance Company

Jennifer Regan-Lefebvre – History – Trinity College, USA

Quels réseaux pour quel monde du vin? L’Afrique du Sud et le commerce mondial du vin, de 1900 à 1961/ Which networks for which world of wine? South Africa and the global wine trade, from 1900 to 1961

Florian Marcelin – Geography – Université Lyon 2, France

Les circuits de commercialisation des vignobles de la vallée du Rhône septentrionale/ The Trade Networks of the Northern Rhône Valley Wines

Alfredo Coelho – Bordeaux Sciences Agro, Sciences de Gestion, France

L’intégration verticale en aval des firmes multinationales du vin: enjeux et choix stratégiques/ Downstream vertical integration of multinational companies in the wine industry: issues and strategies

12h30-13h30: Lunch

13h30-15h00 : Session 4 : Table ronde de doctorants / PhD round table

Chair : Mikael Pierre

Participants : Chelsea Davis, Clelia Viecelli, Sophie Brennac-Lafon, Valentin Taveau, Mikael Pierre

15h00-15h30: Break

15h30-17h00 – Session 5 – Migrations, colonisations et autres influences ÉtrangÈres dans le monde du vin / Migrations, colonization and other foreign influences in the wine world

Chair : Jennifer Smith-Maguire

Kathleen Neils Conzen and Michael P. Conzen – History & Geography – University of Chicago, USA

Ethnic Market Segmentation and the Fine Wine Sector in 19th-Century California: Two German Immigrant Examples/ La segmentation ethnique du marché et le secteur des vins fins en Californie au XIXe siècle : deux exemples d’immigrés allemands

Chelsea Davis – History – George Washington University, USA

Fruits of their labour: Networks of migration, knowledge, and consumption in the 19th century Cape and Australian Wine industries/ Le fruit de leur travail : réseaux de migration, savoirs et consommation dans les industries vinicoles du Cap et d’Australie au XIXe siècle

Kathleen Brosnan – History, University of Oklahoma, USA

Vitis Vinifera: An episode in ecological imperialism and cultural colonization/ Vitis Vinifera : un exemple de l’impérialisme écologique et de la colonisation culturelle

Jacqueline Dutton – French Studies, University of Melbourne, Australia

Colonial and postcolonial wine Worlds: Making the French Wine Empire/ Colonialisme et postcolonialisme vinicoles: la création de l’empire français du vin.

Vendredi 19 octobre/Friday 19 October

9h00-10h00 – Session 6 – Consommer le vin, parler du vin / Consume wine, talk about wine

Chair : Marc de Ferrière Le Vayer

Graham Harding – History – University of Oxford, UK

What voice has the consumer in the matter?’: Champagne brands and the value chain in 19th century Britain/ Le consommateur et la stratégie de marque du champagne au XIXe siècle en Grande-Bretagne

Peter Howland – Sociology, Massey University, New Zealand

‘85% Pure’: wine consumers and terroir in New Zealand Aōtearoa /85% pure : les consommateurs de vin et le terroir, New Zealand Aōtearoa       

10h00-10h30 : Break/Morning tea

10h30-11h30 – Session 6 (continued) – Consommer le vin, parler du vin / Consume wine, talk about wine

Chair : Raphaël Schirmer

Jennifer Smith-Maguire – Marketing, University of Leicester, UK

Rendering provenance: The work of cultural intermediaries in the cultural production of ‘authentic’ wine/ Retranscrire l’origine : le rôle des intermédiaires culturels dans la production culturelle des vins « authentiques »

Steve Charters & David Menival – Business Studies, Burgundy School of Business, France

The use of the word ‘terroir’ in French wine discourse/ L’utilisation du mot “terroir” dans le discours viticole français

Plenary/conclusions

11h30-13h00 : Lunch

Afternoon/après-midi : Tour in Saint-Emilion/Excursion à Saint-Emilion (departure : 13h00 by bus / return to Bordeaux arround 19h00-19h30)

Mercredi 25 octobre : Séminaire TERESMA (organisé par Corinne Marache et Philippe Meyzie) : « Villes, campagnes, marchés »

17h00, MSHA, Salle 2

Intervenants :

– Fabrice Poncet (post-doctorant, Université de Caen)
L’autre Normandie laitière : les beurres d’Isigny (XVIIe-XVIIIe siècles) : Pilier de la cuisine « à la française », le beurre bénéficie d’un véritable engouement durant l’époque moderne. Dans ce contexte, Isigny joue un grand rôle dans l’approvisionnement du nord de la France, tant en beurres de longue conservation qu’en beurre frais. À Paris, au XVIIIe siècle, les paniers de beurre d’Isigny et ceux de son principal concurrent normand, Gournay, atteignent les plus hauts prix. De l’aire de production jusqu’aux marchés de consommation, l’objet de cette communication est de présenter les circuits commerciaux des beurres d’Isigny sous l’Ancien Régime, leurs rythmes et leurs logiques. Une attention particulière sera portée aux marchands commissionnaires, intermédiaires commerciaux mais aussi culturels entre villes et campagnes.

– Emmanuelle Charpentier (Maître de conférences, Université Toulouse Jean Jaurès)

L’émergence de la ceinture dorée bretonne : le pays malouin au XVIIIe siècle : En 1733, lorsque l’intendant Jean-Baptiste des Gallois de La Tour écrit son rapport sur la province de Bretagne, il ne manque pas de souligner, pour l’évêché de Saint-Malo, la présence de « 223 755 arpents, bons, labourables, produisant froment, seigles, orges, avoines, blés noirs, fèves, pois, foins, lins, chanvres, cidres ; toutes sortes de légumes ; point de vin ». S’il est logique qu’un représentant du pouvoir royal, dans le cadre de ses attributions, recense les productions céréalières de sa province, il s’intéresse également aux autres cultures, plantes textiles, légumineuses, fruits et légumes. Elles attestent de la diversité agricole de cet évêché situé au nord de la Bretagne et de la présence de « cultures alternatives », en particulier des fruits et des légumes, jugés suffisamment importants pour qu’il les inscrive dans son enquête. Or, les légumes constituent aujourd’hui les fondements de la ceinture dorée bretonne, spécialisée dans la production de primeurs en vue de leur commercialisation. Elle s’articule autour de plusieurs pôles implantés sur le littoral : la région de Saint-Pol-de-Léon dans le Finistère, les environs de Paimpol et de Saint-Brieuc dans les Côtes-d’Armor, et le pays malouin, en Ille-et-Vilaine. Cette corrélation autour de Saint-Malo entre la présence de fruits et de légumes, en quantité notable au XVIIIe siècle, et le maraîchage d’aujourd’hui, montre l’ancienneté de ce type d’agriculture littorale et laisse entrevoir les prémices de la ceinture dorée bretonne. À cet égard, le XVIIIe siècle est une période déterminante : fruits et légumes s’insèrent désormais dans le marché et ne sont plus seulement destinés à l’autoconsommation. Le pays malouin l’illustre : à des facteurs favorables s’ajoutent de fortes incitations notamment de la part des citadins. Des producteurs savent y répondent, seuls ou par l’intermédiaire de marchands, plus ou moins spécialisés.

En espérant vous retrouver nombreux.


Jeudi 30 novembre : 17h30 : Séminaire TERESMA (organisé par Corinne Marache et Philippe Meyzie) 
 Salle I 403 – Université Bordeaux Montaigne

Intervenant : Paolo Tedeschi (Université Milan-Bicocca DEMS) La revanche des céréales mineures : le grand retour de l’épeautre, du seigle et du sarrasin

Dans l’histoire de l’alimentation plusieurs produits ont occupé un rôle très important dans certaines sociétés. Puis, face aux changements de coutumes et/ou de technologies, une partie ont subi un fort déclin jusqu’à être oubliés ou réservés au bétail. Leurs caractéristiques étaient en effet parfaites dans une situation socio-économique et technologique bien définie: l’évolution naturelle de cette dernière a progressivement modifié les goûts des consommateurs, les prix, la qualité de la « concurrence » et donc le marché et la vente de ces produits. Parfois le responsable du déclin ou de la disparition, est un produit alternatif moins cher ou considéré comme meilleur par les consommateurs ou simplement plus « à la mode ».

L’un de ces biens alimentaires, passé de la position de produit de base de la cuisine à celle de nourriture pour les animaux, est pourtant redevenu un produit de niche, vendu à un prix très élevé : c’est l’épeautre. Deux autres céréales mineures ont vu, ces dernières décennies, leur valeur augmenter et dépasser celles des céréales majeures : il s’agit du seigle et du sarrasin. Longtemps réservés à l’alimentation des gens pauvres ou des régions où le blé et le maïs présentaient des rendements trop faibles, ils sont aujourd’hui devenus des produits chers.

Cette « revanche » des céréales mineures arrive dans la société de consommation de masse, touchée par des problèmes de surpoids : un nombre croissant de consommateurs soucieux de la qualité de leur alimentation demande des céréales moins caloriques et accepte de payer plus cher des produits dans lesquels elles sont mélangées au blé tendre (comme dans le cas du pain aux quatre céréales, c’est-à-dire le pain des pauvres qui mélangeaient toutes les farines dont ils disposaient).


Mardi 10 octobre : Journée d’études AHSR – TERESMA à l’université de Clermont Ferrand
Alimentation et monde rural. Evolutions, innovations, continuités du Moyen Âge aux années 1970.

L’association l’Histoire des Sociétés rurales et TERESMA ont coorganisé cette journée d’études sous le thème : Alimentation et monde rural. Évolutions, innovations, continuités du Moyen Âge aux années 1970.  Cette rencontre scientifique se déroule mardi prochain, le 10 octobre, à l’Université de Clermont-Ferrand, à la Maison des Sciences de l’Homme, salle 220. Voici le programme provisoire pour cette journée qui se clôtura par l’Assemblée générale de l’ASHR.


8h30 : Accueil participants

8h45 : Ouverture

Table ronde matinée (9h00-12h30) : 15 mn environ par intervenant + discussions

Stéphanie Lachaud, L’alimentation des vignerons en Bordelais au XVIIIe siècle

Sylvain Olivier et Pierre-Etienne Stockland, La culture de l’oignon, son commerce et sa consommation dans le monde rural bas-languedocien à l’époque moderne

Patrick Fournier, Nourrir pour soigner dans les campagnes françaises (vers 1770 – vers 1830) : regard et intervention des médecins

Corinne Marache, La soupe paysanne en France au XIXe siècle. Miroir de la vie aux champs ?

Débat et pause

Vincent Flauraud, L’enquête « Alimentation » de 1948, du Centre national d’études rurales

Georges Carantino, Nourrir les moissonneurs, éléments pour une réflexion

Débat

12h30-14h00 : Repas

Table ronde jeunes chercheurs (après-midi) : 15 mn environ par intervenant + discussions

Paul Maneuvrier-Hervieu (doctorant) : Approvisionner l’espace Atlantique

Jacques-Marie Maîtrepierre (doctorant) : Se nourrir en Sancerrois

Débat

Fabrice Poncet (docteur), Le pays de Bray au XVIIIe siècle : une agriculture orientée vers l’approvisionnement de Paris

Alain-Gilles-Chaussat (doctorant), Les formes de consommation du sarrasin dans le Massif armoricain (XVIe-XIXe siècle)

Débat et perspectives

16h30-17h30 : Assemblée générale de l’AHSR


Le colloque international, « Produits menacés, produits oubliés, produits disparus. Causes et mécanismes du déclin, XIVe-XXIe siècles », organisé par Corinne Marache et Philippe Meyzie, a réuni une trentaine de chercheurs en sciences sociales venus de d’Europe, d’Amérique latine, et des Etats-Unis, du 4 au 6 avril 2017, sur le campus de l’Université Bordeaux-Montaigne.

La rencontre a donné lieu à des échanges passionnants avec des professionnels du secteur de l’alimentation qui nous ont fait l’amitié d’être présents.

Un grand merci à vous tous pour votre participation !


Dans le cadre du programme de recherches TERESMA, Philippe Meyzie et Corinne Marache organisent un colloque international qui rassemblera une trentaine de chercheurs en sciences sociales ainsi que des professionnels de l’alimentation, à la Maison des Suds et à la MSHA à Bordeaux, du 4 au 6 avril 2017.

Vous pouvez retrouver le programme complet ici.

En espérant vous y retrouver nombreux.


SÉMINAIRE « LE TERROIR ET LA MARQUE : QUELS NOUVEAUX ENJEUX ? (Québec/France) »

Dans le cadre du séminaire TERESMA, Julia Csergo (Université du Québec à Montréal) interviendra le mardi 29 novembre 2016 de 17h30 à 19h00  dans la salle Jean Borde (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine).

Professeure au département d’études urbaines et touristiques de l’Université du Québec à Montréal (UQUAM), Julia Csergo s’intéresse à l’histoire des patrimoines, de la gastronomie et de l’alimentation. En charge du dossier de classement du repas gastronomique des Français au Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco en 2010, elle développe notamment ses recherches sur la notion de patrimoine alimentaire. Dans le cadre du programme de recherche TERESMA (Produits de terroir, espaces et marchés : hier et aujourd’hui), ce séminaire sera consacré aux nouveaux enjeux entre terroir et marque à travers une approche comparative entre Québec et France. Il sera aussi l’occasion pour J. Csergo de nous présenter les réflexions issues de son dernier essai intitulé La gastronomie est-elle une marchandise culturelle comme les autres ? (éditions Menu Fretin)

affiche_teresma02-1


Vous trouverez ici l’appel à communication en français et en anglais pour le colloque « Produits menacés, produits oubliés, produits disparus. Causes et mécanismes du déclin, XIVe-XXIe siècles« , les 4 et 5 avril 2017.

Les propositions sont à renvoyer avant le 1er novembre 2016.

> Appel à communication en français.

> Appel à communication en anglais.

Programme prévisionnel

Année 2017

Manifestations :

  • Colloque international : Produits disparus, produits menacés, produits oubliés : causes et mécanismes du déclin, 4-5 avril 2017
  • Printemps 2017 : Workshop n°2 : préparation de dépôt de projet européen
  • Automne 2017 : Un séminaire ouvert
  • Hiver 2017-2018 : Un séminaire ouvert
  • Juin 2017 : Atelier «archives / savoir-faire »

Enquêtes : recension et collecte d’archives privées, entretiens (chefs, producteurs, métiers de bouche…)

Projet cartographique sur l’identification des produits à travers le temps

 

 Année 2018

Manifestations :

  • Printemps 2018 : 1 atelier « archives / savoir-faire »
  • Printemps 2018 : Une journée d’étude sur les commerces de détail (épicerie…)
  • Printemps 2018 : Workshop n°3 : préparation de dépôt de projet européen et séminaire conclusif

Résultats et valorisation des enquêtes et du projet cartographique

Publications :

  • Un ouvrage final à partir des communications du colloque Produits disparus, produits menacés, produits oubliés 
  • Un livre d’entretiens : De la terre à l’assiette : visages et destins des produits des terroirs aquitains

Produits des terroirs, espaces et marchés, hier et aujourd'hui