Mercredi 25 octobre : Séminaire TERESMA « Villes, campagnes, marchés »

Mercredi 25 octobre : Séminaire TERESMA (organisé par Corinne Marache et Philippe Meyzie) : « Villes, campagnes, marchés »

17h00, MSHA, Salle 2

Intervenants :

– Fabrice Poncet (post-doctorant, Université de Caen)
L’autre Normandie laitière : les beurres d’Isigny (XVIIe-XVIIIe siècles) : Pilier de la cuisine « à la française », le beurre bénéficie d’un véritable engouement durant l’époque moderne. Dans ce contexte, Isigny joue un grand rôle dans l’approvisionnement du nord de la France, tant en beurres de longue conservation qu’en beurre frais. À Paris, au XVIIIe siècle, les paniers de beurre d’Isigny et ceux de son principal concurrent normand, Gournay, atteignent les plus hauts prix. De l’aire de production jusqu’aux marchés de consommation, l’objet de cette communication est de présenter les circuits commerciaux des beurres d’Isigny sous l’Ancien Régime, leurs rythmes et leurs logiques. Une attention particulière sera portée aux marchands commissionnaires, intermédiaires commerciaux mais aussi culturels entre villes et campagnes.

– Emmanuelle Charpentier (Maître de conférences, Université Toulouse Jean Jaurès)

L’émergence de la ceinture dorée bretonne : le pays malouin au XVIIIe siècle : En 1733, lorsque l’intendant Jean-Baptiste des Gallois de La Tour écrit son rapport sur la province de Bretagne, il ne manque pas de souligner, pour l’évêché de Saint-Malo, la présence de « 223 755 arpents, bons, labourables, produisant froment, seigles, orges, avoines, blés noirs, fèves, pois, foins, lins, chanvres, cidres ; toutes sortes de légumes ; point de vin ». S’il est logique qu’un représentant du pouvoir royal, dans le cadre de ses attributions, recense les productions céréalières de sa province, il s’intéresse également aux autres cultures, plantes textiles, légumineuses, fruits et légumes. Elles attestent de la diversité agricole de cet évêché situé au nord de la Bretagne et de la présence de « cultures alternatives », en particulier des fruits et des légumes, jugés suffisamment importants pour qu’il les inscrive dans son enquête. Or, les légumes constituent aujourd’hui les fondements de la ceinture dorée bretonne, spécialisée dans la production de primeurs en vue de leur commercialisation. Elle s’articule autour de plusieurs pôles implantés sur le littoral : la région de Saint-Pol-de-Léon dans le Finistère, les environs de Paimpol et de Saint-Brieuc dans les Côtes-d’Armor, et le pays malouin, en Ille-et-Vilaine. Cette corrélation autour de Saint-Malo entre la présence de fruits et de légumes, en quantité notable au XVIIIe siècle, et le maraîchage d’aujourd’hui, montre l’ancienneté de ce type d’agriculture littorale et laisse entrevoir les prémices de la ceinture dorée bretonne. À cet égard, le XVIIIe siècle est une période déterminante : fruits et légumes s’insèrent désormais dans le marché et ne sont plus seulement destinés à l’autoconsommation. Le pays malouin l’illustre : à des facteurs favorables s’ajoutent de fortes incitations notamment de la part des citadins. Des producteurs savent y répondent, seuls ou par l’intermédiaire de marchands, plus ou moins spécialisés.

En espérant vous y retrouver nombreux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.