Rencontres scientifiques


ACTUALITÉ TERESMA


Mercredi 25 octobre : Séminaire TERESMA (organisé par Corinne Marache et Philippe Meyzie) : « Villes, campagnes, marchés »

17h00, MSHA, Salle 2

Intervenants :

– Fabrice Poncet (post-doctorant, Université de Caen)
L’autre Normandie laitière : les beurres d’Isigny (XVIIe-XVIIIe siècles) : Pilier de la cuisine « à la française », le beurre bénéficie d’un véritable engouement durant l’époque moderne. Dans ce contexte, Isigny joue un grand rôle dans l’approvisionnement du nord de la France, tant en beurres de longue conservation qu’en beurre frais. À Paris, au XVIIIe siècle, les paniers de beurre d’Isigny et ceux de son principal concurrent normand, Gournay, atteignent les plus hauts prix. De l’aire de production jusqu’aux marchés de consommation, l’objet de cette communication est de présenter les circuits commerciaux des beurres d’Isigny sous l’Ancien Régime, leurs rythmes et leurs logiques. Une attention particulière sera portée aux marchands commissionnaires, intermédiaires commerciaux mais aussi culturels entre villes et campagnes.

– Emmanuelle Charpentier (Maître de conférences, Université Toulouse Jean Jaurès)

L’émergence de la ceinture dorée bretonne : le pays malouin au XVIIIe siècle : En 1733, lorsque l’intendant Jean-Baptiste des Gallois de La Tour écrit son rapport sur la province de Bretagne, il ne manque pas de souligner, pour l’évêché de Saint-Malo, la présence de « 223 755 arpents, bons, labourables, produisant froment, seigles, orges, avoines, blés noirs, fèves, pois, foins, lins, chanvres, cidres ; toutes sortes de légumes ; point de vin ». S’il est logique qu’un représentant du pouvoir royal, dans le cadre de ses attributions, recense les productions céréalières de sa province, il s’intéresse également aux autres cultures, plantes textiles, légumineuses, fruits et légumes. Elles attestent de la diversité agricole de cet évêché situé au nord de la Bretagne et de la présence de « cultures alternatives », en particulier des fruits et des légumes, jugés suffisamment importants pour qu’il les inscrive dans son enquête. Or, les légumes constituent aujourd’hui les fondements de la ceinture dorée bretonne, spécialisée dans la production de primeurs en vue de leur commercialisation. Elle s’articule autour de plusieurs pôles implantés sur le littoral : la région de Saint-Pol-de-Léon dans le Finistère, les environs de Paimpol et de Saint-Brieuc dans les Côtes-d’Armor, et le pays malouin, en Ille-et-Vilaine. Cette corrélation autour de Saint-Malo entre la présence de fruits et de légumes, en quantité notable au XVIIIe siècle, et le maraîchage d’aujourd’hui, montre l’ancienneté de ce type d’agriculture littorale et laisse entrevoir les prémices de la ceinture dorée bretonne. À cet égard, le XVIIIe siècle est une période déterminante : fruits et légumes s’insèrent désormais dans le marché et ne sont plus seulement destinés à l’autoconsommation. Le pays malouin l’illustre : à des facteurs favorables s’ajoutent de fortes incitations notamment de la part des citadins. Des producteurs savent y répondent, seuls ou par l’intermédiaire de marchands, plus ou moins spécialisés.

En espérant vous retrouver nombreux.


Jeudi 30 novembre : 17h30 : Séminaire TERESMA (organisé par Corinne Marache et Philippe Meyzie) 
 Salle I 403 – Université Bordeaux Montaigne

Intervenant : Paolo Tedeschi (Université Milan-Bicocca DEMS) La revanche des céréales mineures : le grand retour de l’épeautre, du seigle et du sarrasin

Dans l’histoire de l’alimentation plusieurs produits ont occupé un rôle très important dans certaines sociétés. Puis, face aux changements de coutumes et/ou de technologies, une partie ont subi un fort déclin jusqu’à être oubliés ou réservés au bétail. Leurs caractéristiques étaient en effet parfaites dans une situation socio-économique et technologique bien définie: l’évolution naturelle de cette dernière a progressivement modifié les goûts des consommateurs, les prix, la qualité de la « concurrence » et donc le marché et la vente de ces produits. Parfois le responsable du déclin ou de la disparition, est un produit alternatif moins cher ou considéré comme meilleur par les consommateurs ou simplement plus « à la mode ».

L’un de ces biens alimentaires, passé de la position de produit de base de la cuisine à celle de nourriture pour les animaux, est pourtant redevenu un produit de niche, vendu à un prix très élevé : c’est l’épeautre. Deux autres céréales mineures ont vu, ces dernières décennies, leur valeur augmenter et dépasser celles des céréales majeures : il s’agit du seigle et du sarrasin. Longtemps réservés à l’alimentation des gens pauvres ou des régions où le blé et le maïs présentaient des rendements trop faibles, ils sont aujourd’hui devenus des produits chers.

Cette « revanche » des céréales mineures arrive dans la société de consommation de masse, touchée par des problèmes de surpoids : un nombre croissant de consommateurs soucieux de la qualité de leur alimentation demande des céréales moins caloriques et accepte de payer plus cher des produits dans lesquels elles sont mélangées au blé tendre (comme dans le cas du pain aux quatre céréales, c’est-à-dire le pain des pauvres qui mélangeaient toutes les farines dont ils disposaient).

 

 


Mardi 10 octobre : Journée d’études AHSR – TERESMA à l’université de Clermont Ferrand
Alimentation et monde rural. Evolutions, innovations, continuités du Moyen Âge aux années 1970.

L’association l’Histoire des Sociétés rurales et TERESMA ont coorganisé cette journée d’études sous le thème : Alimentation et monde rural. Évolutions, innovations, continuités du Moyen Âge aux années 1970.  Cette rencontre scientifique se déroule mardi prochain, le 10 octobre, à l’Université de Clermont-Ferrand, à la Maison des Sciences de l’Homme, salle 220. Voici le programme provisoire pour cette journée qui se clôtura par l’Assemblée générale de l’ASHR.


8h30 : Accueil participants

8h45 : Ouverture

Table ronde matinée (9h00-12h30) : 15 mn environ par intervenant + discussions

Stéphanie Lachaud, L’alimentation des vignerons en Bordelais au XVIIIe siècle

Sylvain Olivier et Pierre-Etienne Stockland, La culture de l’oignon, son commerce et sa consommation dans le monde rural bas-languedocien à l’époque moderne

Patrick Fournier, Nourrir pour soigner dans les campagnes françaises (vers 1770 – vers 1830) : regard et intervention des médecins

Corinne Marache, La soupe paysanne en France au XIXe siècle. Miroir de la vie aux champs ?

Débat et pause

Vincent Flauraud, L’enquête « Alimentation » de 1948, du Centre national d’études rurales

Georges Carantino, Nourrir les moissonneurs, éléments pour une réflexion

Débat

12h30-14h00 : Repas

Table ronde jeunes chercheurs (après-midi) : 15 mn environ par intervenant + discussions

Paul Maneuvrier-Hervieu (doctorant) : Approvisionner l’espace Atlantique

Jacques-Marie Maîtrepierre (doctorant) : Se nourrir en Sancerrois

Débat

Fabrice Poncet (docteur), Le pays de Bray au XVIIIe siècle : une agriculture orientée vers l’approvisionnement de Paris

Alain-Gilles-Chaussat (doctorant), Les formes de consommation du sarrasin dans le Massif armoricain (XVIe-XIXe siècle)

Débat et perspectives

16h30-17h30 : Assemblée générale de l’AHSR


Le colloque international, « Produits menacés, produits oubliés, produits disparus. Causes et mécanismes du déclin, XIVe-XXIe siècles », organisé par Corinne Marache et Philippe Meyzie, a réuni une trentaine de chercheurs en sciences sociales venus de d’Europe, d’Amérique latine, et des Etats-Unis, du 4 au 6 avril 2017, sur le campus de l’Université Bordeaux-Montaigne.

La rencontre a donné lieu à des échanges passionnants avec des professionnels du secteur de l’alimentation qui nous ont fait l’amitié d’être présents.

Un grand merci à vous tous pour votre participation !


Dans le cadre du programme de recherches TERESMA, Philippe Meyzie et Corinne Marache organisent un colloque international qui rassemblera une trentaine de chercheurs en sciences sociales ainsi que des professionnels de l’alimentation, à la Maison des Suds et à la MSHA à Bordeaux, du 4 au 6 avril 2017.

Vous pouvez retrouver le programme complet ici.

En espérant vous y retrouver nombreux.

 


SÉMINAIRE « LE TERROIR ET LA MARQUE : QUELS NOUVEAUX ENJEUX ? (Québec/France) »

Dans le cadre du séminaire TERESMA, Julia Csergo (Université du Québec à Montréal) interviendra le mardi 29 novembre 2016 de 17h30 à 19h00  dans la salle Jean Borde (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine).

Professeure au département d’études urbaines et touristiques de l’Université du Québec à Montréal (UQUAM), Julia Csergo s’intéresse à l’histoire des patrimoines, de la gastronomie et de l’alimentation. En charge du dossier de classement du repas gastronomique des Français au Patrimoine culturel immatériel de l’Unesco en 2010, elle développe notamment ses recherches sur la notion de patrimoine alimentaire. Dans le cadre du programme de recherche TERESMA (Produits de terroir, espaces et marchés : hier et aujourd’hui), ce séminaire sera consacré aux nouveaux enjeux entre terroir et marque à travers une approche comparative entre Québec et France. Il sera aussi l’occasion pour J. Csergo de nous présenter les réflexions issues de son dernier essai intitulé La gastronomie est-elle une marchandise culturelle comme les autres ? (éditions Menu Fretin)

affiche_teresma02-1


Vous trouverez ici l’appel à communication en français et en anglais pour le colloque « Produits menacés, produits oubliés, produits disparus. Causes et mécanismes du déclin, XIVe-XXIe siècles« , les 4 et 5 avril 2017.

Les propositions sont à renvoyer avant le 1er novembre 2016.

> Appel à communication en français.

> Appel à communication en anglais.

 

 

Programme prévisionnel

Année 2017

Manifestations :

  • Colloque international : Produits disparus, produits menacés, produits oubliés : causes et mécanismes du déclin, 4-5 avril 2017
  • Printemps 2017 : Workshop n°2 : préparation de dépôt de projet européen
  • Automne 2017 : Un séminaire ouvert
  • Hiver 2017-2018 : Un séminaire ouvert
  • Juin 2017 : Atelier «archives / savoir-faire »

Enquêtes : recension et collecte d’archives privées, entretiens (chefs, producteurs, métiers de bouche…)

Projet cartographique sur l’identification des produits à travers le temps

 

 Année 2018

Manifestations :

  • Printemps 2018 : 1 atelier « archives / savoir-faire »
  • Printemps 2018 : Une journée d’étude sur les commerces de détail (épicerie…)
  • Printemps 2018 : Workshop n°3 : préparation de dépôt de projet européen et séminaire conclusif

Résultats et valorisation des enquêtes et du projet cartographique

Publications :

  • Un ouvrage final à partir des communications du colloque Produits disparus, produits menacés, produits oubliés 
  • Un livre d’entretiens : De la terre à l’assiette : visages et destins des produits des terroirs aquitains

 

Produits des terroirs, espaces et marchés, hier et aujourd'hui